logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/02/2008

Qui fait son tonneau

le roule.
Fin de cette journée St Vincent Tournante 2008..
Portes ouvertes à la tonnellerie..Gillet

medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_180.jpg

Les chênes âgés de 150 à 200 ans sont sélectionnés pour leurs qualités gustatives et olfactives dans les plus belles forêts françaises.
la gamme s'élargit vers les chênes américains du Missouri et ceux de l'est de Roumanie..
Ces chênes les Merrains sont tronçonnés en billes d'un mètre.
Le mot vient latin Materianem et depuis le XVIe siècle en Merrain ou Mairrain. L’ouvrier qui fabriquait le merrain était appelé un merronier .
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_182.jpg

Les billes fendues dans le sens de la fibre donnent les douelles brutes ou douves.
Empilées soigneusement à l'air libre de 24 à 36 mois elles vont se déshydrater pour que le taux d'humidité s'équilibre avec l'hygrométrie ambiante afin d'en garantir l'extraction de tanins souples et élégants .
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_185.jpg

Après cette longue période de séchage, le tonnelier façonne les douelles pour préparer l'assemblage de la coque.
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_186.jpg

Les douelles sont triées et sélectionnées sur une table pour obtenir le bois nécessaire à la création du tonneau.
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_189.jpg

Deux largeurs différentes
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_191.jpg

Le montage consiste à assembler les douelles à l'intérieur des cercles, seul la pression des cercles va maintenir les douves entre elles.
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_195.jpg

Le montage de la Rose
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_196.jpg

medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_197.jpg

Une chauffe traditionnelle, longue et douce permet de cintrer la coque et de cuire l’intérieur du tonneau.
Pendant trois quarts d’heure, la coque est positionnée sur une chaufferette pour assouplir la fibre du chêne.
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_202.jpg

La coque est ensuite déposée pendant 20 minutes sur une autre chaufferette basée au centre d’un treuil qui va permettre de serrer progressivement la base jusqu’à obtenir la forme définitive du tonneau.
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_203.jpg

medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_205.jpg

Dans la chaufferette se consument des restes de bois de chêne
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_204.jpg

Après cette dernière chauffe, le tonneau a pris forme
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_216.2.jpg

Une machine aux tentacules de fer ajuste les mesures
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_217.jpg

medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_219.jpg

Les extrémités de la coque sont rognées pour recevoir les fonds.
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_215.jpg

Les fonds mis en place, un test contrôlera l’étanchéité de la pièce.
La coque est poncée et habillée de cercles en feuillards galvanisés
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_209.jpg

medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_212.jpg

J'aurais aimé assister à la fabrication de A à Z , c'était l'heure de la pause..je ne m'attarde pas
medium_2008_01_26_St_VIncent_à_St_Romain_222.jpg


Une nouvelle aventure prend la suite..

Commentaires

Belle démonstration pour cette journée des Portes ouvertes concernant la réalisation des tonneaux de chêne. C'est du travail et cela se respecte.

Tu sais, il y a de nombreuses années, j'étais encore une jeune femme, j'ai travaillé dans une scierie et j'ai le souvenir du parfum que dégage le bois à sa découpe et quand on le travaille, on a l'impression de ressentir une fraîcheur, une odeur de propre enfin je ne sais pas comment te dire mais c'est très agréable. As-tu ressenti cette sensation ? Ce qui fait que j'aime les maisons en bois.
Bonne journée.
Bises.
Danièle.

Écrit par : PourMarie | 04/02/2008

comme on fait son tonneau on déguste,
bien beau travail, le bois qui épouse la rondeur et la cuisse du futur nectar, sous l'effet de la chaleur, chaleur qu'à notre tour nous restiturons sur nos joues empourprées, cycle magique du tonneau qui comme la vie, se la roule, se la coule, douce.
Bon lundi, chère Marie
Je t'embrasse
françoise

Écrit par : framboisine | 04/02/2008

Bonsoir Marie

Une entreprise où il doit faire bon travailler, où l'on voit le résultat devant soi. Il doit falloir un coup de main pour monter "la rose", comme tu dis.
Les douelles sont droites, comme tu le montres, et sur l'avant dernière photo, contre le mur, j'ai l'impression que celles qui s'appuient contre sont incurvées.

J'aime le bois, les outils de bois faits par la main de l'homme. C'est un métier qui m'aurait bien plu.

Bises du grillon

Écrit par : christian | 04/02/2008

interessante ta notesur la fabrication des tonneaux . Depuis la Saint Vincent le vin est tiré et il faut le boire ... heureusement que les barriques sont là !!

Écrit par : michka | 05/02/2008

Magnifique, cette fabrication de tonneaux; comme si on y était.
Comme d'habitude, tu nous fais découvrir avec talent des métiers rares de nos jours. Et ce travail du bois nous ramène à des matériaux simples, bien loin des puces électroniques qui sont notre quotidien dans beaucoup de domaines, y compris l'informatique.

Tu as des dons pédagogiques de prof.
Bises
Jean-Louis

Écrit par : Jean-Louis | 05/02/2008

Avec mon pere il nous est arrivé de changer les cercles des tonneaux bien des fois,et si lestonneaux,inventés par les gaulois ont cette forme particuliere c'est pour les rincer,en effet on les fait tanguer de doite a gauche tout en les faisant tourner sur eux même.Bises Marie.Je photocopie ton interressante note.CHez toi aussi il faut retaper les codes

Écrit par : heraime | 06/02/2008

Quelle belle leçon de menuiserie, non, d'ébénisterie ! on crée avec une matière que j'aime bien caresser.. Les douelles, on dirait des petites jupettes... On a de la chance de visiter sans se déplacer.. Merci ma petite Marie. Je ne t'ai pas oubliée mais j'ai du retard ou je m'organise mal... Je vais y remédier. Bises de miche

Écrit par : miche | 07/02/2008

bonjour
Mon grand père maternelle était tonnelier, mais à la Manufacture des tabacs. Ma maman est née à Dijon en 1912. A la guerre mon papa (de Bligny sur Ouche) et ma maman sont venus à Lyon, mais tous les ans je me souviens que l'on allait à Dijon voir la famille (aux Poussots) et que l'on achetait du pain d'épices chez Mulot et Petitjean et de la moutarde chez Grey Poupon.
J'ai encore des cousins à Dijon. C'est devenu une bien belle ville d'après tes photos.
Joyeuses Pâques. Denise

Écrit par : denise | 22/03/2008

Waw, j'adore votre billet, merci à vous pour ces astuces, et je suis entièrement d'accord avec vous ! J'insiste, oui votre article est bien bon, je suis heureux d'avoir attéri sur votre site ! PS : Je vais vous faire un peu de publicité auprès de mes amis, vous l'méritez bien !

Écrit par : Bernard | 21/04/2010

Un très bon article qui explique bien le sujet

Écrit par : toasting | 12/10/2010

Un très bon article qui explique bien le sujet

Écrit par : toasting | 12/10/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique