logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/09/2007

Au temps jadis (suite)

Répartition du travail.

Les coupeurs
A l'aide d'une serpette puis d'un sécateur (outil qui apparaît vers 1840 et ne se généralise que lentement) , les coupeurs détachent les grappes et les déposent dans les paniers.

medium_vd65.2.jpg





Travail réservé aux plus âgés, aux femmes et aux enfants.













Vendanges en Bourgogne

medium_vd09.jpg
Beaune.Vendanges Clos des Avaux

Bien que ce travail ne demande pas de forces, il est cependant fatigant . Le coupeur dos courbé, rang après rang ,passe penché, d’un cep à l’autre, genoux pliés… et se relever le soir, après une journée entière dans la même position est bien difficile .L'honneur du coupeur consiste à avancer vite dans sa ligne, sans laisser de raisins sur les ceps.
medium_vd22.jpg
Vendanges en Bourgogne

La 'coupeuse' trop lente ou celle qui oublie des grappes sous les feuilles a la figure badigeonnée de jus de raisin par les garçons !
medium_vd04.jpg

Le hotteur est appelé dès que le panier est plein . Le contenu est versé dans sa hotte.

Les hotteurs
Le portage des hottes, seilles, bennes… ( nom qui varie selon les régions) est un travail d’homme . La hotte pleine pèse plus de cinquante kilos.
medium_vd07.jpg


medium_vd82.2.jpg
Les porteurs

Dans les régions de côteaux, des mulets bâchés de deux hottes remplacent les hotteurs.
En bout de vigne , le hotteur déverse le contenu dans une charrette.

medium_vd02.jpg
Une ou plusieurs fois par jour selon la taille du vignoble, la charrette est menée jusqu’au pressoir pour y déverser le raisin .Les cuves pleines prendront la direction du cellier afin que le vin rouge y fermente.
medium_VD12.jpg
Vendanges à Beaune.Les Avaux

Les pressureurs

Depuis longtemps , le foulage du raisin au pied ou en sabot n’a plus cours.
medium_vd16.jpg
Chambolle Musigny.La foulée du raisin

Le pressoir en bois, avec son pas de vis, a pris la relêve pour être à son tour mécanisé. Sur ces pressoirs cinq à six hommes étaient à la barre. Dans certaines régions quand les raisins devenaient durs à serrer, le chef du pressoir rythmait l’effort par le chant.
medium_vd11.jpg
Un pressoir bourguignon

23:40 Publié dans vigne | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

superbes ces photos souvenirs

Écrit par : lucile et lucien | 18/09/2007

bonjour Marie
je ne trouve pas ton adresse email . .
je voulais simplement te dire que la petite chouette est bien arrivée à Jolybois
cette petite chouette me touche particulièrement , elle me rappelle des bons souvenirs de Dijon , ou j'ai vécu quelques années entre 1958 et 1962
j'y avais une amie qui a épousé le propriétaire d'un grand chateau de Bourgogne
amicalement

Écrit par : agathe | 18/09/2007

quel beau "reportage" sur les vendanges d'autrefois ! belles photos anciennes, j'adore!

la "petite" histoire des "petites" gen me passionnent plus que la pseudo grande !

merci et bravo

amitiés
béatrice

Écrit par : beatrice | 18/09/2007

trés belles images d'antan.
Si j'ai bien compris le taylorisme a été inventé en Bourgogne ??.

Écrit par : pierlouim | 18/09/2007

Le taylorisme est une méthode imaginée vers 1900 qui repose sur une division du travail en tâches simples et répétitives individuellement optimisées et sur le paiement des employés au rendement ....

rien à voir avec "le fordisme" procédé de travail à la chaîne qu'Henry Ford fut l'un des premiers à mettre en œuvre vers 1930...

et maintenant il y a le "toyotisme" ....
jusqu'ou s'arrêteront t'ils ???

les vendangeurs etaient eux aussi payés au rendement ?

réponse.
Les vendangeurs étaient rémunérés à la journée d'où le terme "journaliers"

Écrit par : bernard | 18/09/2007

Bonjour,

Je découvre cette note après mon commentaire sur les pressoirs.

Merci pour ce reportage émouvant où tout un village se retouve dans les vignes pour plusieurs semaines quand vient le temps de la récolte.

Tu nous a mis deux vigneronnes en accolage, chez moi, cette opération se fait bien avant les vendanges, pour couper les sarments trop longs et attacher les autres aux fils. Elles ont du avoir toutes les deux le "mourre" des vendanges, comme on dit chez nous.

Bises du grillon

Ces deux vigneronnes ne méritaient pas que je les laisse de côté. Elles ont surement participé aux vendanges deux ou trois mois après l'accolage qui effectivement se fait au printemps. 'attacher les baguettes , baisser les fils, relever les fils', tout un art..
Marie

Écrit par : christian | 19/09/2007

Fabuleux ces illustrations ! j'adore... Bises de miche

Écrit par : miche | 20/09/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique